La politique n'a de sens que si l'on s'occupe des gens ...

Publié le 30 Novembre 2013

Il avait manqué la victoire pour moins de 400 voix en 2008. Candidat  à la mairie de Garges-lès-Gonesse, le conseiller général Hussein Mokhtari se dit cette fois mieux armé pour prendre sa revanche sur le maire () Maurice Lefèvre. Ce cadre de la, âgé de 61 ans, lancera demain sa campagne sur les marchés de la ville.

« On a tiré les leçons de notre échec de 2008 : cette municipale, on ne l’avait pas préparée, reconnaît-il. Depuis, nous avons ouvert une permanence où nous recevons 1800 familles par an. On a accompagné les habitants, résolu pas mal de problèmes. On leur a démontré qu’ils pouvaient compter sur nous. » Le socialiste estime ainsi avoir résolu un « déficit de notoriété ».

Il souhaite mettre l’accent sur la jeunesse et le logement

Désigné candidat par les militants PS lors des primaires après le retrait de deux autres postulants, il espère également avoir prouvé qu’il n’était pas « un diviseur » : « J’ai rassemblé mon camp et ouvert notre liste à l’ensemble des partenaires de gauche et à la société civile, explique-il. Nous avons un accord avec le Parti radical de gauche (PRG). Des militants verts et issus du Front de gauche nous ont également rejoints. » « C’est un candidat ouvert au dialogue, qui a été capable d’entendre nos divergences », appuie ainsi l’un de ses nouveaux soutiens, l’écologiste Rami Liman.
 

Son seul regret : que le PS n’ait pas trouvé d’accord avec le PCF avant les élections. « Avec l’union, on aurait pu gagner dès le 1er tour », regrette-t-il, tout en écartant un éventuel remake de la triangulaire de 2008. « Je regrette que les communistes aient encore fait du 1er tour une primaire à gauche, mais nous avons lu ce qu’a déclaré Francis Parny (NDLR : candidat du Front de gauche qui a expliqué que « personne, à gauche, ne peut penser gagner à Garges sans l’union »). On l’a acté. »

Le candidat socialiste préfère d’ailleurs cibler le maire sortant. « Son bilan est déplorable, attaque-t-il. Il n’y a plus une place en crèche. Les écoles débordent. L’UMP a bétonné la ville et il n’y a quasiment plus un espace vert où se promener, à part le Fort de Stains, qu’il commence d’ailleurs à grignoter. »

Pour son projet, le socialiste mettra l’accent sur la jeunesse, le logement et le lien social qui, selon lui, « n’existe plus à Garges. » « Il y a plus de 90 communautés dans cette ville. On pourrait créer le plus grand carnaval du monde! Et ça ne coûterait quasiment rien… »

 

Le Parisien, 29/11/2013

Rédigé par Hussein MOKHTARI

Publié dans #Garges-lès-Gonesse

Repost 0